La conscience sophronique

La conscience est une donnée immédiate qui définit la présence vécue du sujet à lui-même et son rapport au monde. Sans expérience consciente il n’y a pas de subjectivité. Alfonso Caycedo, fondateur de la sophrologie, propose une évolution de la conscience humaine, partant de ce qu’il appelle la conscience Adamique pour aller jusqu’à la conscience Sophronique. Cette conscience sophronique, c’est la troisième forme de conscience, et l’objectif de la Sophrologie est sa conquête.

PETITE HISTOIRE DE LA CONSCIENCE

Le concept de conscience est assez récent. Même s’il apparaît déjà chez Saint Augustin sous l’idée de conscience de Dieu, ce ne sera véritablement qu’à partir de Descartes que la conscience sera étudiée. Cela ne signifie pas pour autant que la conscience était inexistante avant Descartes.

L’histoire de la conscience est particulièrement complexe, il est donc intéressant d’aborder son évolution sous l’angle de l’histoire de l’humanité et de ses différentes civilisations. Ainsi peut-on mieux observer que la conscience est en continuel dévoilement. Le professeur Caycedo propose l’évolution historique de la conscience. Je vous la restitue à travers le schéma ci-contre.

La conscience est à la fois universelle et transcendante, individuelle et originale.

  • universelle : elle s’étend à l’ensemble des hommes
  • transcendante : elle est supérieure et différente
  • individuelle : elle n’appartient qu’à un seul être, le caractérise et le distingue des autres êtres
  • originale : elle est hors du commun et émane directement de l’être

En sophrologie, la conscience humaine est considérée comme

la force intégratrice de tous les éléments et structures physiques et psychiques de l’existence.

 

LA CONSCIENCE SOPHRONIQUE

La conscience se structure en états et niveaux de conscience. Il y a quatre niveaux de conscience qui sont dits quantitatifs : la veille, le niveau sophro-liminal, le sommeil et le coma. Par ailleurs il y a trois états de conscience qui sont dits qualitatifs : la conscience ordinaire, la conscience pathologique et la conscience sophronique.

La conscience ordinaire, c’est la conscience de l’individu sans questionnement, sans nouveau regard sur le monde, qui ne doute jamais et vit sous le joug des schémas préétablis.
La conscience pathologique, c’est la conscience de l’être altérée par la maladie allant de la névrose jusqu’à la psychose, la démence.
La conscience sophronique, c’est la conscience supérieure de l’individu possédant une nouvelle conscience phénoménologique et existentielle.

L’objectif principal de la sophrologie est de permettre à l’être d’accéder à cette conscience supérieure qu’est la conscience sophronique. Elle lui donne les moyens d’accéder à la libération de sa conscience à travers la double tridimensionnalité spatio-temporelle (ici et ailleurs, passé, présent, futur), afin que cet être, à travers la découverte, la conquête et la transformation de lui-même, puisse devenir autonome, libre et responsable.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Besoin d'un rendez-vous ?